Partir courir le matin sans avoir mangé depuis la veille, c’est-à-dire à jeun depuis une dizaine d’heures, permet d’entraîner son corps à brûler les graisses et à les utiliser comme source d’énergie lorsque les stocks de glycogène sont bas. En effet, quand les réserves de sucre dans les muscles sont basses, l’organisme se reporte sur la filière lipidique.

C’est la raison pour laquelle, ce type d’exercice est souvent incorporé dans les plans d’entraînement de marathon afin d’améliorer l’endurance et l’efficacité en fin de course et de repousser le mur du marathon. Il peut aussi être utilisé pour perdre du poids.

Les athlètes qui pratiquent la course à jeun brûlent les graisses plus facilement, ce qui leur permet de préserver davantage leurs réserves en glycogène. Après l’effort, ils reconstituent naturellement leurs stocks beaucoup plus facilement.

Courir à jeun ne pose pas de problème pour l’organisme, en particuliers chez les coureurs entraînés, car les réserves sont suffisantes. La nuit, l’organisme utilise seulement le glycogène hépatique (du sang). Les réserves de glycogène musculaire sont donc conservées mais l’organisme sollicitera la filière lipidique plus précocement.

Cependant, il faut faire attention, car ce genre d’entraînement, s’il est pratiqué trop souvent ou trop longtemps, peut favoriser des états de fatigue importants, maux de tête et troubles gastriques.

Il faut donc garder la mesure dans la fréquence et la durée de ces entraînements et prendre quelques précautions avant de vous lancer, tout en restant à l’écoute de votre corps.

La veille


Faites un dîner riche en sucres lents afin d’améliorer les réserves de glycogène.

Avant de courir


L’entraînement à jeun est déconseillé aux coureurs débutants ou sans expérience en sport d’endurance. Il est nécessaire de consulter un médecin pour s’assurer que l’on ne souffre pas d’un diabète non diagnostiqué qui pourrait entraîner de brusques hypoglycémies.

– Buvez de l’eau (non sucrée) : on peut courir avec des stocks de glycogène bas, mais pas déshydraté au risque de se blesser.
– Echauffez-vous : réveillez le corps, les muscles et les articulations en douceur. La course est un sport traumatisant il est donc important de s’échauffer avant de partir de Marcher un peu, faire de légers étirements.
– Prenez quelque chose de sucré avec vous en cas d’hypoglycémie, surtout si vous débutez la course à jeun. Au fur et à mesure vous apprendrez à vous connaitre et à savoir ce dont vous avez besoin.

Pendant la course


Allez-y progressivement et observez au fur et à mesure comment l’organisme tolère cet entraînement avant de monter petit à petit en intensité.

Une petite astuce est d’emprunter un itinéraire en boucle afin de pouvoir abréger la course en cas de mauvaises sensations (tête qui tourne, faim intense).
– Commencez par de la marche rapide ou un footing très lent pour continuer à réveiller le corps doucement. Il a besoin de plus de temps qu’en journée pour s’échauffer.
– Continuez avec un footing lent en endurance fondamentale sans chercher à accélérer. Il faut juste chercher le relâchement et courir entre 60 et 70 % de la FCM.
– Ne courez pas plus de 30 à 50 minutes (sauf entraînement de marathon, et seulement pour les coureurs eepérimentés). L’idée est de faire un entraînement léger sans sensation de fatigue, pour se mettre en forme et en appétit pour commencer la journée.

Après la course


– Hydratez-vous et mangez. Le repas qui suit l’entraînement permettra au corps de bien récupérer après le stress causé par la course à jeun.
– Faites une petite séance d’étirements et des respirations profondes pour finir de relaxer le corps et commencer la journée du bon pied.

Bonne course ! Bonne journée !

Auteur Freexion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *