La 3e édition du Race Desert Marathon a eu lieu du 17 au 21 octobre, dans le désert marocain entre Erfoud et les magnifiques dunes de Merzouga. Une course de plus de 100 km sur trois jours, en trois étapes, à raison de 45, 35 et 25 km par étape.

Philippe Fournié, rédacteur reporter de 49 ans, s’est joint à l’aventure pour la première fois, équipé en avant-première, d’un cuissard et d’un t-shirt Freexion.

Comment êtes-vous devenu trailer ?

Je suis venu au trail histoire de sortir du bitume et surtout après avoir couvert en 1998 mon premier Marathon des Sables. À force de couvrir ce genre d’événements, j’ai souhaité, moi aussi, me confronter à ce genre d’aventure désertique et surtout retrouver l’essence même de ce genre d’épreuves.

Pourquoi avez-vous choisi de courir le Race Desert Marathon ?

Le Race Desert Marathon s’est imposé naturellement : un nombre de participants réduit, 50 au départ, 3 jours de course en semi-autosuffisance et des organisateurs chevronnés en la personne de Karim Mosta et d’Abdelkhader el Mouaziz, deux légendes des courses désertiques.

Tous les ingrédients étaient réunis pour me lancer dans l’aventure, et quelle aventure !

Comment s’est passée la course ?

Un grand moment ! Des étapes grandioses dans des paysages magnifiques ponctués de superbes bivouacs, le tout encadré par une organisation sans faille. Je me suis retrouvé seul, face à moi même, pendant des dizaines de kilomètres, une sensation unique qui restera gravée à jamais. Cette course de 100 km est un très bon aperçu avant de se lancer à la conquête du légendaire Marathon des Sables.

Vous avez pris le départ, équipé en Freexion. Racontez-nous votre expérience ?

Cuissard et t-shirt Freexion faisaient partie de mon paquetage de départ. Outre le look simple et efficace, les matières utilisées étaient conformes à mes attentes, à savoir confortables et très respirantes… Aucune sensation de frottements ni de gêne, que ce soit au niveau du t-shirt ou du cuissard.

La transpiration est rapidement évacuée et le textile après l’effort a une capacité à sécher très rapidement, ce qui permet de remettre la tenue pour les prochaines étapes – lorsque l’on est en semi-autosuffisance, pas question d’alourdir le sac avec des vêtements inutiles.

Ainsi, chaque soir, je rinçais ma tenue, et je repartais avec le lendemain. En résumé un super produit. Les rangements sur le cuissard m’ont permis de mettre mes barres de céréales pour l’ensemble de la journée. Les petites poches sur les manches du t-shirt étaient destinées aux pâtes de fruits, ce qui allégeait mon sac à dos. Une innovation bien pensée !

Dommage que je n’aie pas pu emmener le fameux gilet Freexion, car pour 3 jours de course, impossible d’emmener tout le matériel nécessaire. Mais j’aurais fait fureur avec ce textile qui m’a accompagné à chaque sortie d’entrainement pour la Race. Super maintien, un look d’enfer, des rangements astucieux, ce gilet révolutionne le portage sur les trails courts.

Un grand merci à Freexion qui m’a permis d’aller au bout de cette aventure désertique !

Bravo à vous Philippe pour cette course, et merci d’avoir partagé cette belle expérience avec nous. Pour les prochaines éditions, un gilet d’une capacité de stockage supérieure est en cours de conception, restez connecté !

A très vite, peut-être sur le Marathon des Sables !

Auteur Freexion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *